OUVRAGE 2

(à paraître)

« Qui est intellectuel ? » (Pour une théorie sur l’intelligence, intitulée théorie de la compréhension de l’intelligence)

Résumé

Comme le titre et le sous-titre l’indiquent, cet ouvrage traite d’une théorie sur l’intelligence intitulée : théorie de la compréhension de l’intelligence. Cette théorie est une connaissance fondamentale, mieux la connaissance mère de toutes les connaissances fondamentales et appliquées. Car, en vérité, elle précède et fonde toutes les connaissances fondamentales et appliquées révélées par l’Homme.

Par son caractère essentiel, fondamental, primitif, de base, de socle,…cette théorie permet d’appréhender et de comprendre avec précision et certitude nombre de connaissances, notamment celles en relation avec l’intelligence, qui nous semblaient difficiles à surmonter ou à cerner, et dont nous nous servons à tort et à travers, à contre-courant et à contre sens, faute d’une notion claire et concise.

Grâce à cette théorie, aujourd’hui nous avons une explication claire et précise du terme ”intellectuel”, et nous savons qui est réellement intellectuel. Pendant longtemps, la notion a fait l’objet de débats mais, avec notre ouvrage, le débat interminable peut être terminé. Outre la notion du terme intellectuel, cette théorie définit clairement plusieurs autres mots : en particulier intellectualité, connaissance, savoir, savoir-faire, savoir-être, conscience, subconscience, inconscience, etc.

La théorie nous révèle plusieurs autres connaissances telles que : assimiltualité, assimultuel, intelligence intellectuelle, intelligence assimiltuelle, stimulant d’intelligence, matière de connaissance, extraconscience, préintéllectualité, la théorie de la propriété des œuvres de l’intelligence, la théorie des choix des individus pour la gouvernance, la théorie des prises de décisions pour la gouvernance, la théorie de l’efficacité de la gouvernance, le quotient intelligence, le quotient de l’intelligence assimiltuelle, le quotient de l’intelligence intellectuelle, etc. Grâce à la théorie que développe notre ouvrage, aujourd’hui nous résolvons plusieurs problèmes difficiles à traiter auparavant.

Ce que nous devons retenir de l’ouvrage est la grandeur de la connaissance qu’il développe et véhicule, pour un savoir fluide et enrichi des Hommes. Car cette connaissance est indispensable à la compréhension profonde et concise de toutes les connaissances manipulées par l’Homme. Elle est la vérité première qui sous-tend toutes les autres vérités humaines, puisque c’est le socle des vérités humaines. Toutes les vérités humaines trébucheront, mais elle restera infléchie.

En somme, notons que ce livre est un ouvrage de la psychologie cognitive[1], car son objet d’étude traite de cette discipline, et sa matière d’étude est une connaissance essentielle de cette branche psychologique. Grâce au nouveau paradigme qu’il véhicule, via sa matière de connaissance, l’ouvrage permettra à cette sous-discipline de la psychologie d’avoir une meilleure perspective. Ainsi, la psychologie cognitive pourra relever avec dynamisme et rationalité ses grands défis qui consistent surtout à éclairer l’Homme – à travers une bonne appréhension – sur la cognition, sur ses comportements cognitifs et surtout sur l’élément central de la cognition qu’est l’intelligence.  

 —————-

[1] La psychologie est la discipline scientifique qui étudie les comportements et les éléments psychiques de l’Homme. Dans cette définition générale de la psychologie, la psychologie cognitive s’intéresse à l’étude de la cognition, à savoir l’ensemble des activités psychiques se rapportant à la connaissance et à sa manipulation. Ainsi, la psychologie cognitive étudie les grandes fonctions psychologiques intervenant dans le processus de la manipulation de la connaissance : à savoir la mémoire, le langage, l’intelligence, le raisonnement, la résolution des problèmes, la perception, etc. Aussi, nos recherches s’intéressent à la psychologie politique, qui peut se définir comme la discipline de la psychologie s’intéressant, entre autres, à l’étude du comportement ou de l’état psychologique des acteurs politiques (leur sens de leadership, de communication, de prise de décisions, de gouvernance, de la responsabilité, du souci sociétal, leurs capacités à résoudre les problèmes ou à satisfaire les attentes, etc.).