MANIFESTE

A- Généralités

Vision – monde de demain (VMD) est un projet intellectuel qui nourrit l’ambition de transformer les sociétés, notamment du tiers-monde et singulièrement de l’Afrique – par la production de connaissances appropriées – afin d’un développement mondial inclusif pour le bonheur de tous.

Convaincue que la transformation du monde et particulièrement du continent africain passera inéluctablement par les idées rationnelles et innovantes, Vision – monde de demain présente plusieurs connaissances interdisciplinaires en sciences sociales et humaines pour la cause, afin de contribuer à cette transformation qui aujourd’hui est une nécessité, voire une exigence pour garantir la condition humaine.

Face à cette ambition gigantesque, Vision – monde de demain estime que la transformation des sociétés humaines devrait s’opérer par une réorganisation de nos différentes sociétés qui, au demeurant, doit s’effectuer au moyen d’un nouveau monde de connaissances.

Ceci dit, Vision – monde de demain présente un nouveau monde de connaissances, intitulé monde moderne éthique, pour la transformation de nos sociétés afin d’un développement mondial inclusif pour le bonheur de tous.

Le monde moderne éthique est un monde transmoderne. Il vient accomplir le rêve du monde postmoderne toujours manifesté mais jamais révélé pour nous sortir des limites du monde moderne actuel, en vue d’une vie bienséante des Hommes dans nos différentes sociétés. De même que le monde moderne fut créé suite aux défaillances voire aux limites du monde traditionnel, aujourd’hui celui-là est également rattrapé par ces avatars, ce qui nécessite un nouveau monde meilleur pour garantir notre impulsion vers le progrès et le développement de nos différentes sociétés. Cela est un impératif dont l’humanité ne peut se détourner, d’où la nécessité du monde moderne éthique.

Ce monde nouveau se voudrait un monde de connaissances appropriées, qui garantirait la transformation réelle de nos différentes sociétés pour un bonheur effectif de tous. Ainsi, le monde moderne éthique repose sur des connaissances innovantes, rationnelles et éthiques, susceptibles d’assurer cette métamorphose à nos différents pays afin d’impulser leur progrès pour un développement mondial inclusif.Parmi ces connaissances, nous avons entre autres des courants de pensée, des théories, des concepts, des modèles, des systèmes, des principes, etc. Elles reposent sur de nouveaux paradigmes politique, économique, juridique et psychologique qui – par leur portée pratique, pédagogique et véridique – sont capables de transformer le monde. Grâce à ces nouveaux paradigmes, nous avons, en effet :

  1. renforcé la notion de la politique, de la démocratie, de l’égalité de droit, de la laïcité, de la nation, de l’État, de la République, etc. ;
  2.  développé la notion politique du XXIème siècle, nouvelle notion de la politique, la notion scientifique de la démocratie, nouvelle notion de la démocratie ;
  3. redéfini et catégorisé le contrat social en fonction des organisations sociétales, qui donne le contrat social républicain, le contrat social monarchique ou royal, le contrat social diviniste[1], etc. ;
  4. créé des courants intellectuels tels que : le nationalisme républicain, le capitalisme objectif, le libéralisme objectif, le socialisme objectif, le travaïsme[2],  l’objectivitisme[3], le pentivisme, le tripivisme, etc. ;
  5. créé des théories telles que : la théorie de la compréhension de l’intelligence , la théorie de la propriété des œuvres de l’intelligence, la théorie des choix des individus pour la gouvernance, la théorie des prises de décisions pour la gouvernance, la théorie de l’efficacité de la gouvernance, la théorie de la légitimité démocratique, la théorie de la répartition des ressources économiques, la théorie de la répartition dynamique des richesses de la société, la théorie de l’efficacité du financement, la théorie de la critique, la théorie de la légitimité des pouvoirs étatiques, la théorie de la légitimité des caractéristiques politiques, la théorie des éléments comparables à désaccords irréversibles, la théorie des éléments comparables à désaccords réversibles, la théorie de l’organisation de la société, la théorie de la résolution efficace du chômage et de la pauvreté, etc. ;
  6. créé des concepts tels que :  le concept du droit objectif[4], le concept de l’économie de sécurité, le concept du budget par compétence, le concept de l’économie objective, le concept de la loi de la responsabilité, le concept de la gouvernance efficace, le concept de la démocratie scientifique, le concept du développement mondial inclusif,le concept du mode d’État, le concept de l’État-stimulateur, le concept de la science éthique et de la science sans éthique, le concept de la critique tertiaire et de la critique scientifique, le concept de l’élection directe et individuelle, le concept du scrutin à multipostes, le concept de l’alternance de droit et de l’alternance de non-droit, le concept de la révolution de droit et de la révolution de non-droit, le concept du socialement correct, du socialement incorrect, du socialement objectif et du socialement non objectif, etc. ;
  7. proposé des disciplines telles que : la notologie, la financementologie, la régipolitologie, l’intellectologie, l’assimiltologie, l’objectivitologie, la démocratologie,etc.
  8.  créé un nouveau régime politique intitulé régime pentiviste, qui pourra permettre à chaque État d’asseoir une organisation atypique, vitale, performante et résiliente ;
  9. le tout couronné par l’invention d’un nouveau modèle constitutionnel, intitulé constitution républicaine pentiviste. En effet, vu les nouvelles connaissances (systèmes et principes) développées, et vu aussi bien dans la forme que dans le fond, les modèles de constitution actuels présentent des défaillances notoires, il se révèle nécessaire voire impérieux que nous développions un nouveau modèle constitutionnel. En tout état de cause, la finalité de nos travaux est d’instituer un modèle de constitution bien introduit pour garantir une organisation parfaite de nos différentes sociétés, en vue de leur fonctionnement et de leur gestion dynamique. La constitution républicaine pentiviste s’oppose, autant dans la forme que dans le fond, aux autres types de constitution de toutes tendances confondues.

Elle s’oppose donc :

  • à la constitution républicaine présidentielle ;
  • à la constitution républicaine parlementaire ;
  • à la constitution républicaine semi-présidentielle ;
  • à la constitution monarchique parlementaire ;
  • à la constitution monarchique absolue ;
  • à la constitution diviniste, etc.

Avec la constitution républicaine pentiviste, on aura désormais une loi fondamentale et bien introduite pour marquer et inspirer une bonne organisation, en vue d’un fonctionnement rassurant et d’une gestion prometteuse de la société.

Avec le monde moderne éthique, Vision – monde de demain tente d’impulser une nouvelle civilisation – dite civilisation MME[5] – en vue d’un bien-être et d’un bonheur effectifs des Hommes. Ainsi, la civilisation MME est un modèle de civilisation marqué et impulsé par le monde moderne éthique à travers ses connaissances : courants intellectuels, théories, concepts, modèles, systèmes, principes, etc.

En somme, retenons que Vision – monde de demain à travers ses agrégats de connaissances –dont le monde moderne éthique, le régime pentiviste, la constitution républicaine pentiviste, la civilisation MME, sans oublier les courants de pensée, théories, concepts, systèmes, modèles et principes – propose des solutions ingénieuses pour résoudre les problèmes majeurs minant nos sociétés[6]. Ainsi, avec Vision – monde de demain, on permettra une vie meilleure aux Hommes à travers le monde entier.

B- Historique

  1. Depuis le lycée, nous avons été frappés par l’état de sous-développement du tiers-monde en général, et de l’Afrique en particulier. Au fil des temps, au lieu d’une amélioration, malheureusement nous constatons une stagnation de cette situation, voire une détérioration de plus en plus inquiétante. Le paradoxe est que des efforts sont effectués ou se disent effectués, mais malheureusement la situation reste inchangée.
  2. Nous avons donc compris que le problème n’est pas aussi simple qu’on le croyait. Ainsi, nous avons mené quelques analyses afin de déceler la problématique africaine. À savoir pour comprendre les causes du sous-développement de l’Afrique, et voir dans quelles mesures nous pouvons apporter notre contribution à la résolution de cette situation périlleuse du continent qui n’a que trop duré.
  3. Après analyse, plusieurs éléments se révèlent comme les causes du problème africain, dont le principal est la défaillance de la fonction de base de la société qui détermine le développement.
  4. En effet, la société est régie par trois grandes fonctions qui déterminent son développement. Il s’agit de la fonction politique, de la fonction scientifique et de la fonction technologique. Parmi les trois fonctions, deux ont tiré leur épingle du jeu du développement. Il s’agit de la science et surtout de la technologie. Pourtant, la politique qui est la fonction de base reste à la traîne, elle présente de plus en plus une insuffisance notoire qui, en réalité, ne peut qu’empêcher le développement sinon l’anéantir.
  5. Ainsi, pour guérir l’Afrique de son mal, il fallait une attention particulière à la fonction politique, fonction qui conditionne les autres dans la détermination du développement, mais malheureusement reste malade de plusieurs maux. Il fallait donc agir nécessairement pour sauver cette fonction pour ainsi sauver le développement de la société.
  6. Ceci étant, depuis 2009, nous nous sommes lancés dans une recherche pluridisciplinaire couvrant notamment la politique, l’économie, le droit et la psychologie cognitive, pour sauver cette fonction de base de la société, pour ainsi sauver la société elle-même. En effet, la fonction politique étant celle qui regroupe les disciplines des sciences sociales et humaines dont principalement la politique, l’économie, le droit, la psychologie, la sociologie, etc., il faillait mener une recherche approfondie dans ces différentes disciplines pour sauver cette fonction, et lui garantir le dynamisme et l’efficacité dont elle a besoin pour amorcer sa performance dans le développement. D’où notre recherche interdisciplinaire en sciences sociales et humaines.
  7. Le but de notre recherche pluridisciplinaire est de contribuer à renforcer les différentes connaissances de ces différentes disciplines pour ainsi instaurer des solutions vraies, dynamiques et porteuses dans la résolution de nos problèmes pour garantir notre bien-être et notre bonheur. Car, l’un des problèmes fondamentaux de la fonction politique est la défaillance des connaissances de et dans ses disciplines, qui sont parfois erronées ou inefficaces, que nous devons impérativement corriger pour garantir l’efficacité dont elles ont besoin afin de mener à bien leur mission.
  8. À l’issue de nos travaux, nous avons regroupé nos résultats en huit ouvrages. Ces ouvrages présentent des connaissances fondamentales et appliquées d’ordre politique, économique, juridique et psychologique, dont des courants de pensée, des théories, des concepts, des systèmes, des modèles, des principes…susceptibles de révolutionner les sciences sociales et humaines, et donc la fonction politique, pour contribuer profondément à la transformation de l’Afrique et des autres pays du tiers-monde encore à la traîne. C’est pourquoi, nous invitons les dirigeants des gouvernements et des institutions de développement à prêter une oreille attentive à ces connaissances afin de donner une chance à l’Afrique et aux autres pays du tiers-monde, à se défaire de leur éternel sous-développement.

C- Apports

  1. Dans la rubrique ‘’Publications’’, nous donnerons un bref résumé des huit ouvrages ainsi annoncés. Néanmoins, l’on doit retenir que l’originalité de ces livres réside dans la nature de leurs solutions proposées pour la résolution des problèmes auxquels sont confrontés les pays africains en particulier, et le monde entier en général. En effet, nous avons tracé les sillons d’un avenir meilleur, convaincu que l’Afrique n’est point maudite, mais plutôt que ses différents pays doivent se doter de systèmes politiques rigoureux et efficaces, suivis d’une bonne relance économique et sociale,et se débarrasser de la corruption qui mine leurs sociétés. Ainsi, avons-nous proposé pour tous les États africains, un système politique atypique qui n’est rien d’autre que le régime pentiviste énoncé ci-dessus, et pour l’Afrique une nouvelle organisation intitulée Union des Républiques Africaines (URA). Au-delà des États africains et du continent africain, nous avons suggéré ces nouvelles connaissances aux autres États et continents du monde, car ces connaissances étant des aspirations de vérité, reposent sur des caractéristiques universelles.
  2. Comment en finir avec les abus et la mauvaise foi, sources de grandes frustrations, de rancunes et de désordres constatés en Afrique[1], provoquant : l’instabilité, le ralentissement économique…et par conséquent, le sous-développement incroyable que vit le continent depuis toujours ? Comment amener les dirigeants à produire un résultat probant ? Comment amener les chefs d’État à quitter le pouvoir avec leur volonté ? Comment organiser des élections justes, transparentes  et libres, mais surtout des élections porteuses ? Comment combattre et anéantir la corruption dans la société ? Comment garantir une gouvernance efficace ? Comment rendre vital le travail, pour garantir une économie dynamique et résiliente en vue d’un bonheur réel des Hommes dans la société ? Comment en finir avec les fléaux qui ne cessent d’anéantir la dignité humaine : chômage, pauvreté, misère, famine…dans le monde, mais surtout en Afrique ? Comment donner de l’espoir aux populations, surtout aux jeunes dans nos sociétés ? Comment mettre fin à l’échec perpétuel de la politique constaté à travers le monde, et particulièrement en Afrique ? Quel système politique devons-nous adopter pour une organisation dynamique de la société? Quel système politique devons-nous appliquer pour amener les Hommes à adopter une mentalité et un comportement exemplaires ? Quels principes, valeurs ou concepts devons-nous faire valoir dans nos sociétés pour garantir nos besoins de croissance économique, de développement, de bien-être et de bonheur ? Quelle ligne de conduite devons-nous assigner à nos États, ou quelles prérogatives attribuer à nos États pour non seulement garantir leurs missions, mais surtout pour garantir le bien-être et le bonheur des Hommes dans la société ? Comment combattre la fuite des capitaux ? Quel modèle économique pour une économie saine, dynamique, performante et résiliente ? Quel système monétaire et financier pour garantir une vitalité à notre modèle économique ? Quels modèles de financement économique pour garantir un financement efficace à nos économies? Comment combattre l’inégalité pour réduire considérablement son ampleur dans la société, en vue d’une société de plus en plus équilibrée, gage d’une économie performante, dont nous avons fortement besoin afin de garantir notre condition humaine? Quelle organisation continentale pour l’Afrique, pour qu’elle retrouve sa dignité dans le concert des nations ? … Voici des questions auxquelles nous répondons avec des idées minutieuses et ingénieuses dans nos différents ouvrages.
  3. Avec ces ouvrages critiques de solutions, pragmatiques et pratiques, l’on doit retenir que notre ambition est de contribuer à mettre fin à la misère de l’Afrique et à celle du monde entier. Persuadé que cette misère ne pourra véritablement prendre fin qu’avec des solutions rationnelles et innovantes, nous nous sommes dédiés à l’intellectualité afin de produire des connaissances de haute portée pour la cause. Aujourd’hui, grâce à ce travail intellectuel, l’on peut avoir un système de gouvernance mondial pour parfaire la mondialisation qui – nous le savons tous – est un modèle d’organisation universel au bénéfice de toute l’humanité. Car elle est source de paix et de stabilité : deux conditions dont le monde a fortement besoin pour parfaire son progrès et son développement. Pour terminer, notons que nos livres sont des ouvrages didactiques qui nourrissent l’ambition de révolutionner les sciences sociales et humaines. Raison pour laquelle ce sontdes ouvrages pluridisciplinaires et multidimensionnels.
  4. Par les connaissances qu’ils véhiculent, ces ouvrages constituent d’excellents manuels que nous pouvons explorer pour accomplir la réalisation effective des ODD[2] de l’ONU et de l’agenda 2063 de l’UA. Les initiatives de l’ONU et de l’UA sont louables, car le monde a effectivement besoin de telles visions pour enrayer les tares qui le minent et empêchent les Hommes d’avoir une vie bienséante. Cependant, comme plusieurs initiatives du genre prises par l’ONU et l’UA, par exemple les OMD[3] qui malheureusement n’ont pu apporter les résultats escomptés, ces dernières initiatives risquent de subir le même sort si nous n’y prenons pas garde. Le problème que les précédentes initiatives ont rencontré est essentiellement le manque d’outils de connaissance appropriés et suffisants, pour garantir leurs actions de mise en œuvre en vue de l’atteinte effective de leurs résultats. C’est pourquoi, nous devons mettre fin à cet imbroglio, et permettre à nos initiatives d’accomplir leurs missions afin de garantir nos objectifs. Ceci dit, nos ouvrages, par leurs connaissances porteuses, peuvent nous permettre de sortir de cette situation infertile, et d’assurer un avenir radieux à nos initiatives du genre, à commencer par les ODD et par l’agenda 2063. Ainsi, nous assurons que les ODD et l’agenda 2063 peuvent être effectivement atteints, si nous nous référons aux connaissances du monde moderne éthique traduites par nos ouvrages. Car, ce sont des connaissances conçues pour la cause d’initiatives comme les ODD et l’agenda 2063.

D- Conclusion

Fort de ce qui précède, retenons que Vision – monde de demain est un projet intellectuel très ambitieux méritant une attention particulière. C’est pourquoi, à travers son manifeste, nous exhortons tous – étudiants, universitaires, intellectuels, cadres, dirigeants étatiques, dirigeants institutionnels de développement, acteurs culturels et de la société civile, acteurs politiques et économiques, et le reste de la population du monde et singulièrement de l’Afrique – à adhérer au projet, afin qu’ensemble nous mutualisons nos forces pour effectivement sortir le tiers-monde en général, et l’Afrique en particulier de leur carcan de sous-développement, par la transformation de leurs différentes sociétés. Car la transformation des sociétés africaines est une nécessité, voire une exigence, pour sauver l’individu africain, la dignité africaine et la dignité de l’humanité.La transformation des sociétés humaines, si chère à Vision – monde de demain, est la condition ultime pour un développement mondial inclusif qui, à son tour,est la condition pour un bonheur réel de tous à travers le monde.Le développement mondial inclusif est l’objectif visé par Vision – monde de demain. C’est un concept hautement important que l’on doit s’approprier scrupuleusement pour sauver l’humanité. Ce concept fera l’objet d’un développement dans un article et sera posté sur le site de Vision – monde de demain.

————————————

[1] Diviniste est un mot créé, qui désigne un adjectif ou un nom provenant de divinité. Le sens du mot sera mieux compris dans son contexte
d’étude dans l’ouvrage intitulé : Afrique de demain, quels remèdes pour enrayer le sous-développement ?

[2] Un courant intellectuel sur le travail économique
[3] Un courant intellectuel généraliste
[4] À ne pas confondre avec le concept du droit objectif actuel.
[5] C’est-à-dire civilisation du monde moderne éthique.
[6] Chômage, inégalité, pauvreté, misère, famine, violation des droits de l’Homme, abus de pouvoir, mal gouvernance, inefficacité de la
gouvernance, impunité, mauvaise foi de l’Homme, etc.

[7] Coups d’État, rébellions, guerres, etc.
[8] Objectifs pour le Développement Durable
[9] Objectif du millénaire pour le développement