POURQUOI NOUS INSISTONS SUR UN CHANGEMENT TOTAL POUR MIEUX REBONDIR ?

Notre fil de pensée est clair et connu de tous : il faut remettre les choses à plat et les reconstruire avec acuité pour rebondir ou se réveiller enfin. Évidemment, nombre de personnes diront que nous exagérons finalement, car notre méfiance face aux différentes connaissances existantes – théories, courants de pensée, principes, paradigmes, systèmes, concepts, modèles – dépasse un peu les bornes, et nous projette dans une dramatisation sans précédent. Non, les gens doivent comprendre que nous n’amplifions guère les choses ; bien au contraire, nous révélons et touchons le cœur du problème africain.

En effet, comme nous l’avons démontré à travers nos travaux, la cause fondamentale du mal africain est et reste les connaissances inappropriées que le continent utilise et auxquelles il est accroché pour solutionner ses tares et avatars. Évidemment, les régimes politiques actuels tels le régime présidentiel et le régime parlementaire ; les courants de pensée comme le libéralisme et le socialisme ; les paradigmes tels que l’État-providence et l’État-minimum ; les modèles constitutionnels actuels ; le capitalisme actuel ; les modèles d’économie actuels prônés par le libéralisme et le socialisme ; les notions actuelles de la démocratie, de la politique, de la gouvernance, etc., sont parfois des connaissances erronées ou défaillantes, qu’il convient impérieusement de transcender pour élucider et sauver le continent.

D’aucuns diront que nous sommes cartésien, à savoir que nous doutons de tout. Non, nous ne doutons guère de tout, mais par les études nous avons appréhendé la faiblesse de plusieurs choses, à commencer par nos connaissances. En effet, après notre étude interdisciplinaire sur l’état du sous-développement africain, il se révèle clairement que la cause principale du malheur de l’Afrique demeure ses connaissances inappropriées, auxquelles elle est attachée pour soi-disant trouver une solution à ses problèmes. Ainsi, tout le problème du continent trouve ses explications en ces réalités de choses. Pourtant, ces connaissances erronées imbibent nos savoirs de génération en génération. D’où l’impuissance de la nouvelle génération censée résoudre le problème, à trouver les solutions idoines pour le dénouer.

Dès lors, il fallait agir urgemment afin de venir à bout de cette forfaiture mondiale et particulièrement africaine. Nous avons donc mené nos travaux et produit des connaissances de fond pouvant alterner ou supplanter ces connaissances défaillantes. Nous avons produit le régime pentiviste, régime politique alternatif aux régimes présidentiel et parlementaire ; l’État-stimulateur, l’alternative à l’État-providence et à l’État-minimum ;  la Constitution républicaine pentiviste, l’alternative aux modèles constitutionnels actuels ; le capitalisme objectif, l’alternative au capitalisme actuel ; l’objectivitisme, l’alternative au libéralisme et au socialisme ; l’économie objective, l’alternative aux modèles d’économie prônés par le libéralisme et le socialisme ; la notion scientifique de la démocratie, nouvelle notion de la démocratie ; la notion politique du XXIème siècle, nouvelle notion de la politique, etc. Avec ces nouvelles connaissances de fond, nous espérons fortifier le savoir des Hommes, pour qu’enfin nos problèmes puissent trouver des solutions déterminantes et efficaces. Car là est le défi du moment, partout dans le monde.

Ainsi, si l’Afrique veut véritablement sortir de l’ornière, elle doit immanquablement se doter de connaissances fiables et performantes tel que recommandé par nos travaux à travers notre projet Vision-monde de demain. Car tout l’enjeu du développement prend sa source de là. C’est pourquoi, ne pas comprendre que les connaissances sont au cœur du développement et que les connaissances actuelles sont momentanément inappropriées – chose qui cause notre impuissance à résoudre nos problèmes – est une faiblesse intellectuelle ou une ignorance insondable. Or, l’obscurantisme et l’intellectualité superficielle sont deux choses desquelles nous devons nous défaire, puisque ces deux choses sont dangereuses non seulement pour le savoir, mais surtout pour l’épanouissement humain. Ainsi, se complaire dans ces commodités qui entretiennent des connaissances imparfaites, impuissantes et incohérentes, c’est planifier sans précédent l’échec. D’où les échecs patents enregistrés dans le monde en général, et singulièrement en Afrique en matière de résolution des problèmes politiques, économiques, sociaux et environnementaux. Car, à vrai dire, les connaissances actuelles que nous utilisons pour solutionner ces problèmes sont inappropriées et impuissantes pour garantir la satisfaction souhaitée.

C’est pourquoi, nous devons sortir de l’obscurantisme qui nous anime actuellement, et embrasser l’intellectualité approfondie afin de produire des connaissances appropriées, dynamiques et performantes pour le bonheur de l’humanité. Car les populations n’en peuvent plus des échecs actuels enregistrés face à leurs problèmes, qui dénaturent leurs conditions de vie. C’est à juste titre que nous insistons sur un véritable changement afin de doter nos sociétés de connaissances ou d’outils appropriés pour le succès de nos actions. Ainsi, à travers les recommandations de nos travaux, nous espérons transformer les différentes sociétés du monde et en particulier de l’Afrique par les idées de fond, telles que les véhicule Vision – monde de demain, pour d’abord renforcer le savoir des Hommes, ensuite résoudre efficacement nos problèmes et enfin permettre l’épanouissement sans équivoque de l’humanité.

Ceci dit, retenons que le succès repose sur les connaissances appropriées tandis que l’échec est l’émanation des connaissances erronées ou défaillantes. Or, notre épanouissement dépend du succès de nos actions. Ainsi, sans connaissances appropriées, il n’y a point de succès et non plus d’épanouissement. C’est pourquoi, la recherche de connaissances déterminantes pour solutionner effectivement nos problèmes reste une action très prisée, à laquelle nous devons fortement être attachés, car nos vies et notre avenir en dépendent profondément.

Pacôme Kouamé Oi Kouamé,
chercheur interdisciplinaire en développement 
concepteur du projet Vision-monde de demain