DÉFINITION DU DÉVELOPPEMENT MONDIAL INCLUSIF

Le développement mondial inclusif (DMI) est à la fois un concept et un indicateur qui traduisent le développement intégré des sociétés humaines pour un bonheur vrai, acquis, imperturbable et durable de tous à travers le monde.

Le DMI-concept

En tant que concept, le DMI ambitionne de résoudre deux problématiques majeures de notre planète. Il s’agit de la précarité que vivent le tiers-monde en général et l’Afrique en particulier, et des situations d’immigration clandestine, de réfugiés et de terrorisme qui angoissent le bonheur des pays occidentaux, dits développés. Convaincu que le développement intégré est une arme puissante, sinon l’ultime solution à ces deux problématiques qui tenaillent notre dignité et notre bonheur à travers le monde, le DMI recommande et promeut cet idéal pour en finir avec ces avatars, afin de redonner la dignité aux citoyens du tiers-monde et de la garantir à ceux des pays développés.
Cet idéal ne traduit point que tous les pays doivent avoir un développement égal, mais signifie que chaque société ait un minimum de développement acceptable, qui garantirait certaines valeurs chères à notre condition humaine. Il s’agit de l’espoir d’une vie reluisante avec le temps, des opportunités de travail salarial et entrepreneurial, de l’accès aux soins médicaux, aux financements dans toute sa généralité pour donner vie à nos actions, de l’accès à l’éducation et à la formation, aux infrastructures de base [1] , de la stabilité de la société, etc.
Cet idéal n’est guère une utopie comme pourraient le croire certaines personnes. Évidemment, il peut l’être s’il repose sur une solution fallacieuse, de complaisance ou inefficace. C’est pourquoi le DMI doit scrupuleusement reposer sur une solution solide et bien réfléchie. À l’analyse, il se révèle que la réalité du DMI sera possible si les sociétés du tiers-monde en général et de l’Afrique en particulier sont profondément transformées. Or, cette transformation peut être réalisable si les connaissances utilisées pour solutionner nos problèmes sont appropriées, et aussi si nos problèmes sans solutions trouvent enfin des solutions, par des connaissances innovantes et performantes. Car, en réalité, la problématique du tiers-monde réside en grande partie en l’absence de connaissances innovantes et appropriées pour solutionner ses problèmes de tout genre.
C’est pourquoi nous estimons que le DMI ne pourrait être effectivement atteint, pour sortir le monde et l’humanité des carcans qui tourmentent leur quiétude, qu’avec la transformation des sociétés du monde, par la production de connaissances rationnelles, innovantes et appropriées. C’est ce que Vision – monde de demain ambitionne de faire avec son patrimoine bien fourni de connaissances innovées et conçues pour la cause. Ainsi, Vision – monde de demain est la solution inventée pour garantir la réalisation inéluctable du développement mondial inclusif. C’est à juste titre que l’on doit croire au DMI, car celui-ci dispose d’une ressource fiable pour assurer sa réalisation. Ce qui serait nécessaire est d’accompagner intellectuellement, financièrement et matériellement cette ressource incarnée par Vision – monde de demain pour atteindre immanquablement cet idéal cher au bonheur de tous, dans le monde entier.

Le DMI-indicateur

En tant qu’indicateur, le DMI mesure quatre (4) indices. Il s’agit : du niveau d’intégration du développement mondial (NIDM), du niveau de développement de chaque pays du monde (NDPM), du niveau de développement global du monde (NDGM), et du seuil d’intégration du développement mondial(SIDM).

Nous préconisons l’émergence comme le seuil d’intégration du développement mondial. Ainsi, cet indice établira le niveau de développement défini par l’émergence que chaque pays doit atteindre ou affranchir pour entrer dans le développement intégré. Ceci dit, un pays sera dans le développement intégré lorsqu’il a atteint l’émergence ou le seuil d’intégration du développement mondial. Donc, le seuil d’intégration du développement mondial est égal à l’émergence et est calculé avec les critères de celle-ci[2]. Ce faisant, avec le DMI-indicateur,  les pays entrant dans le développement intégré sont les pays à seuil d’intégration de développement mondial ou pays émergents.

Au sujet du niveau de développement de chaque pays du monde, nous devons le calculer suivant plusieurs critères, à savoir le PIB, le PIB/habitant, l’IDH, la qualité des infrastructures, l’accès aux infrastructures de base, l’accès aux financements, l’accès aux soins médicaux, l’accès à l’emploi, etc. Les critères pourraient être notés soit sur 100 ou 200 ou 500, et on pourrait attribuer à d’autres des coefficients plus élevés en fonction de leur importance dans la détermination du développement. La moyenne pondérée sera le niveau de développement de chaque pays du monde (NDPM). Ainsi, le pays ayant obtenu la moyenne la plus élevée serait le plus développé du monde et ainsi de suite jusqu’au dernier.

Avec le DMI, le seuil d’intégration du développement mondial ou l’émergence aura une note en fonction du NDPM. Cette note sera le point focal pour déterminer, en fonction des NDPM, les pays qui sont dans le développement intégré et ceux qui ne le sont pas. Ainsi, suivant ce classement on aura le niveau d’intégration du développement mondial (NIDM) qui sera le ratio : des pays du développement intégré (PDI)  et le total des pays concernés par le classement mondial du développement. Ceci étant, NIDM = PDI/Total pays.

Concernant le NDGM, il est déterminé par la moyenne des NDPM. Ainsi, NDGM = NDPM de chaque pays/ nombre de pays. Cet indice mesure le niveau du développement mondial. Tous ces indicateurs seront calculés par le DMI-indicateur et, en fonction des analyses, on définira des politiques sectorielles pour les améliorer.

L’intérêt du DMI pour les deux parties

Le DMI est dans l’intérêt de chaque partie, à savoir des pays du tiers-monde et des pays dits développés. En effet, concernant les pays du tiers-monde, le DMI permettra non seulement de transformer leurs sociétés en vue de les familiariser avec le développement, mais surtout de garantir la vie de leurs concitoyens et de sauver leur dignité de plus en plus bafouée à travers le monde. En effet, grâce au développement qu’ils connaîtront, les pays du tiers-monde et singulièrement de l’Afrique assureront le nécessaire, sinon les fondamentaux à leurs habitants. Ils auront un minimum pour assurer et garantir leur vie.

Par exemple : ils auront des opportunités de travail tant salarial qu’entrepreneurial ; ils auront accès aux financements pour donner vie à leurs actions dans la société, car des politiques de financement adéquats sont définis pour la cause. Ils vivront en paix et leurs sociétés connaîtront la stabilité, car le système étatique et politique mis en place ne permettra plus les abus de pouvoir, les frustrations, la mauvaise foi, la manipulation, pour provoquer des guerres civiles, religieuses ou militaires. C’est tous ces aléas qui font sombrer les pays dans l’instabilité, obligeant certains citoyens à s’exiler ou à se réfugier dans d’autres pays. Ils verront leur indice de développement humain (IDH) amélioré car la croissance économique est potentielle mais inclusive. Le PIB par habitant devient important, l’accès à l’éducation et à la formation est une réalité grâce aux politiques éducatives idoines mises en place, l’accès aux soins médicaux est de mise grâce aux politiques médicales élaborées pour la cause, etc. Ainsi, leurs concitoyens sauveront leur dignité, la dignité du continent et même la dignité de l’humanité. Ils ne sacrifieront plus leur vie dans la traversée de l’Atlantique pour la cause de l’immigration clandestine, ils ne seront plus traités comme esclaves à cause de l’immigration clandestine. Ils ne s’adonneront plus au terrorisme pour non seulement terroriser leur propre pays mais aussi le pays d’autrui, et ils ne seront plus des exilés ou des réfugiés car leurs pays connaîtront la stabilité grâce au nouveau système politique et étatique.

Ayant assuré la transformation des pays du tiers-monde, en fournissant un minimum de développement suffisant pour maintenir sur place leurs populations, le DMI permettra aux pays développés de capitaliser et profiter de leur bonheur. Bonheur qui est de plus en plus angoissé par l’immigration clandestine, les demandes d’asile ou de statut de réfugié et le terrorisme. Ainsi, si nous avons le développement mondial inclusif, les deux parties verront leurs problèmes résolus simultanément, pour le bonheur de tous. C’est pourquoi Vision –monde de demain estime que le DMI est la solution ultime pour débarrasser le monde et l’humanité des avatars qui les accablent.

Étant donné que le DMI est dans l’intérêt des deux parties, chaque partie doit impérativement comprendre que travailler contre le DMI, c’est travailler contre soi-même, contre son propre bonheur et sa propre condition humaine. Ce sont l’ignorance notoire et la méconnaissance qui peuvent amener certaines personnes, notamment les dirigeants, à travailler contre le DMI. Ces personnes croient mettre en œuvre de l’intelligence mais, en réalité, elles expriment de la stupidité. Car, en vérité, elles-mêmes récolteront les conséquences de leurs actes néfastes. C’est pourquoi nous exhortons surtout les dirigeants des deux (2) parties à voir le DMI comme une solution à leurs propres problèmes, et non un ennemi ou une solution d’autrui et pour autrui seulement.

L’implication de chaque partie pour la réalisation du DMI

Selon ce qui vient d’être démontré, l’implication de chaque partie pour la réalisation du DMI est une nécessité, voire une exigence, pour se sauver elle-même, et sauver l’humanité. Cette implication pour les pays du tiers-monde est d’être attentive à Vision – monde de demain qui est à la fois la boussole et la ressource de réalisation du DMI. Pour ce faire, ils doivent accompagner le projet dans son élan de leur fournir de la matière grise pour atteindre cet idéal qui s’apparente comme leur salut. Ils doivent également s’approprier des recommandations du projet pour enfin donner une chance à leurs populations, pour sortir définitivement de la grande misère qui les talonne depuis belle lurette. Dans les pays développés, cette implication consiste à accompagner Vision- monde de demain à transformer effectivement les sociétés du tiers-monde en général et de l’Afrique en particulier, afin de garantir le développement mondial inclusif pour le bonheur de tous. Leur implication n’est pas d’accorder seulement une aide financière aux pays du tiers-monde, mais de les accompagner avec les connaissances recommandées par Vision – monde de demain en garantissant leur mise en œuvre effective.  

Conclusion

Il ressort de notre analyse que le développement mondial inclusif est une nécessité, voire une exigence, pour sauver le monde. Ainsi, nous disons que l’objectif de Vision – monde de demain est louable, car la réalisation de ses ambitions est la condition ultime pour garantir la paix, la stabilité, la prospérité et le développement, gages de bien-être et du bonheur de tous à travers le monde. C’est pourquoi le monde entier doit accorder une attention particulière à Vision – monde de demain afin non seulement de garantir sa stabilité, mais surtout pour sauver ses habitants des avatars qui troublent leur bonheur et angoissent leur dignité.                                                         

Pacôme Kouamé oi kouamé
Chercheur interdisciplinaire en développement 
Concepteur du projet Vision – monde de demain

————————————-

[1] Routes, électricité, eaux, transports, etc.

[2] À savoir une croissance économique potentielle supérieure à 5% sur le long terme, une économie diversifiée, un système étatique et politique renforcé démocratiquement, le développement humain renforcé, etc.